Accueil » Actualités » Un expert s’exprime sur le corps de la fusée chinoise tombant de manière incontrôlée sur Terre

Un expert s’exprime sur le corps de la fusée chinoise tombant de manière incontrôlée sur Terre

Le corps de la fusée chinoise de 21 tonnes, Longue Marche 5B, devrait rentrer dans l’atmosphère terrestre ce week-end. Comment cela s’est-il produit et où va-t-il frapper ?

La fusée chinoise Longue Marche 5B a lancé avec succès le module central de la première station spatiale chinoise. Maintenant, le corps vide de la fusée plonge vers la Terre.
Un grand étage de fusée chinoise devrait rentrer dans l’atmosphère terrestre dans les prochains jours et les experts s’inquiètent de l’impact potentiel des débris.

Crédit : The Aerospace Corporation
En savoir plus sur la signification de toutes ces lignes bleues et jaunes.
Le Center for Orbital and Reentry Debris Studies (CORDS) de l’Aerospace Corporation suit la rentrée de la fusée Longue Marche 5B. Nous avons parlé avec Marlon Sorge, ingénieur principal du CORDS, de l’évolution de la situation et de la suite des événements.


Combien de fois une rentrée incontrôlée de cette taille se produit-elle ? Y a-t-il eu d’autres cas comparables ?

Cet étage et son prédécesseur en mai dernier sont les sixième et septième plus gros objets à être rentrés dans l’atmosphère.

La masse de cet étage central est de 21 tonnes métriques.
La liste des autres objets de taille comparable qui sont rentrés dans l’atmosphère comprend les premières stations spatiales – comme Mir, Skylab, Salyut 6 et 7 – et le deuxième étage de Saturn V qui a lancé Skylab. Il s’agit toutefois d’un mélange de rentrées contrôlées et non contrôlées.

LA FUSÉE CHINOISE


Que se passe-t-il normalement avec un étage de fusée comme celui-ci et qu’est-ce qui était différent cette fois-ci ? LA FUSÉE CHINOISE


Normalement, le premier étage d’une fusée et les boosters qui l’accompagnent ne sont pas conçus pour atteindre une orbite. Leurs trajectoires sont planifiées de manière à ce que l’étage et ses boosters tombent dans une zone sûre, généralement dans l’océan.

Dans ce cas, le noyau du premier étage de la fusée a atteint l’orbite. Cela signifie qu’il n’était plus en mesure de contrôler l’endroit où il rentrerait sans une manœuvre de désorbitation.


Qu’est-ce qu’une « manœuvre de désorbitation » ? Aurait-on pu la tenter ?


Une manœuvre de désorbitation utilise les moteurs d’un satellite ou d’un étage de fusée pour abaisser le point bas de son orbite et choisir l’endroit où il heurte la terre. C’est ce qu’on appelle une rentrée contrôlée. En procédant ainsi, un objet de grande taille peut être dirigé vers une région non peuplée de l’océan où ses débris ne blesseront personne.

La capacité à effectuer une manœuvre de désorbitation dépend de la conception du véhicule et de la mission. Il n’est pas rare que les opérateurs de fusées prévoient des manœuvres de désorbitation et des rentrées contrôlées, car les étages de fusées de grande taille ont tendance à présenter des risques plus importants pour les personnes au sol.


Quelle proportion de l’étage de la fusée Longue Marche 5B devrait survivre à la rentrée dans l’atmosphère et atteindre la surface de la Terre ? LA FUSÉE CHINOISE

LA FUSÉE CHINOISE


La règle générale veut que 20 à 40 % de la masse d’un grand objet atteigne le sol, mais le chiffre exact dépend de la conception de l’objet. Dans le cas présent, on peut s’attendre à ce que la masse atteigne environ cinq à dix tonnes métriques.

Les grands réservoirs et la peau de cet étage central sont susceptibles de se désagréger. Nous verrons également des matériaux légers comme l’isolation se détacher. Le point de fusion des matériaux utilisés fera une différence dans ce qui reste. Vous pouvez en savoir plus ici.


Quelle est la probabilité que je sois touché par un débris spatial lors de cette rentrée dans l’atmosphère ? À l’heure actuelle, savons-nous où les débris sont susceptibles d’atterrir ? LA FUSÉE CHINOISE


La probabilité qu’une rentrée atmosphérique aléatoire atterrisse dans l’océan est d’environ 3:4, puisque la Terre est couverte à 75 % par des océans. De plus, la majorité des terres émergées sont inhabitées ou peu habitées : déserts, montagnes, forêts, prairies ouvertes, fermes ou pâturages. La probabilité qu’un débris spatial atterrisse sur une ville ou une zone densément peuplée est généralement relativement faible. Ce qui rend cette rentrée particulièrement remarquable, c’est qu’elle aura lieu entre les latitudes 41,5 degrés N et 41,5 degrés S, où vit la majeure partie de la population mondiale.